lettre ouverte à ma fille

photo of woman sitting by the table while writing
Photo by Anthony Shkraba on Pexels.com

Ma Poupette,

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours rêvé d’avoir une petite fille si gaie et si joyeuse qu’elle illuminerait mes journées.

Pendant longtemps, j’ai espéré que tu arrives dans ma vie et faute de trouver le bon papa : ton papa, j’ai occulté cette idée et l’ai caché dans un coin de ma tête pour ne pas trop y penser, en souffrir et continuer à vivre ma vie sans toi à mes côtés.

Un beau jour, ton papa a fait son entrée dans mon cœur et j’ai su que tous les espoirs étaient permis. Je suis allée rechercher cette idée si soigneusement cachée : avoir un enfant avec un homme si formidable qu’il serait ton papa.

C’est ainsi que la folle aventure a commencé !

Quelques semaines après avoir pris cette décision, tu avais déjà fait ton petit nid et attendais bien sagement 8 mois et 3 semaines avant de nous rencontrer, nous, tes parents tant impatients !

Lorsqu’au bout de quelques mois de grossesse, j’ai appris que tu étais une petite fille, j’ai sauté de joie. Pour autant, j’ai dû tenir le secret jusqu’à ce que tu naisses : papa voulait avoir la surprise !

Pendant tout ce temps, je m’imaginais déjà te dorloter, choisir de belles robes et te coiffer doucement les cheveux.

Ton prénom ? je souhaitais qu’il soit étincelant, chargé de sens, moi qui t’ai tant attendu.

Ton surnom ? Il m’est venu comme ça, le jour de ta naissance. Tu étais si belle, si calme…

Ma poupette, sache que chaque jour en ta présence est un rêve éveillé, un rêve devenu réalité.

Sache que je t’aime d’un amour inconditionnel. Avec ton petit frère, vous êtes mes plus belles réussites.

Ma chérie, je te souhaite d’être la plus heureuse possible dans la vie. Quoi qu’il se passe, je serai toujours à tes côtés pour te guider du mieux que je peux tout en respectant chacune de tes décisions.

Après tout, ma jolie poupette, c’est ça être maman : accompagner, guider sans imposer…

Je t’aime

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours rêvé d’avoir une petite fille si gaie et joyeuse qu’elle illuminerait mes journées.

Pendant longtemps, j’ai espéré que tu arrives dans ma vie et faute de trouver le bon papa : ton papa, j’ai occulté cette idée et l’ai caché dans un coin de ma tête pour ne pas trop y penser, en souffrir et continuer à vivre ma vie sans toi à mes côtés.

Un beau jour, ton papa a fait son entrée dans mon cœur et j’ai su que tous les espoirs étaient permis. Je suis allée rechercher cette idée si soigneusement cachée : avoir un enfant avec un homme si formidable qu’il serait ton papa.

C’est ainsi que la folle aventure a commencé !

Quelques semaines après avoir pris cette décision, tu avais déjà fait ton petit nid et attendais bien sagement 8 mois et 3 semaines avant de nous rencontrer, nous, tes parents tant impatients !

Lorsqu’au bout de quelques mois de grossesse, j’ai appris que tu étais une petite fille, j’ai sauté de joie. Pour autant, j’ai dû tenir le secret jusqu’à ce que tu naisses : papa voulait avoir la surprise !

Pendant tout ce temps, je m’imaginais déjà te dorloter, choisir de belles robes et te coiffer doucement les cheveux.

Ton prénom ? je souhaitais qu’il soit étincelant, chargé de sens, moi qui t’ai tant attendu.

Ton surnom ? Il m’est venu comme ça, le jour de ta naissance. Tu étais si belle, si calme…

Ma poupette, sache que chaque jour en ta présence est un rêve éveillé, un rêve devenu réalité.

Sache que je t’aime d’un amour inconditionnel. Avec ton petit frère, vous êtes mes plus belles réussites.

Ma chérie, je te souhaite d’être la plus heureuse possible dans la vie. Quoi qu’il se passe, je serai toujours à tes côtés pour te guider du mieux que je peux tout en respectant chacune de tes décisions.

Après tout, ma jolie poupette, c’est ça être maman : accompagner, guider sans imposer…

Je t’aime,

Ta mam’rou

Laisser un commentaire