La réalité de la jeune maman, ce n’est pas un monde de bisounours: prépare-toi

j'aurais aimé savoir des choses avant d'être enceinte
Photo by Janko Ferlic on Pexels.com

En m’intéressant réellement aux autres mamans, en posant de vraies questions sans tabous, je me suis aperçue que beaucoup pensaient comme moi. J’aurais tellement aimé être préparée au tsunami qui allait arriver.

Vouloir un enfant est ce qu’il y a de plus beau. Voir le ++ qui s’affiche est un moment magique dans la vie d’une femme.

Pour autant, il y a une sorte d’omerta sur toutes les difficultés liées à la grossesse et à l’arrivée de notre bout de chou. C’est tout simplement comme s’il était interdit de parler des embûches que peut rencontrer une future ou jeune maman.

Mais pourquoi donc ? Avoir un enfant est la plus belle chose qui puisse nous arriver. Pour autant, cela ne veut pas dire que tout est rose et lisse comme un faire-part…

Et moi, comme beaucoup d’autres, j’aurais tellement aimé qu’on m’en parle. J’aurais tellement aimé être préparée…

Le manque d’empathie des gens: des souffrances pour une jeune maman

J’aurais aimé qu’on me dise que certaines personnes manquent d’empathie envers les jeunes mamans.

Qu’on m’explique que des personnes prennent soin de la future maman et par la suite, se révèlent sans pitié pour la jeune maman qu’elle est devenue.

J’aurais souhaité être préparée aux multitudes de réflexions que l’on a pu me faire. Cela m’aurait permis de savoir réagir immédiatement. A la place, j’ai été surprise, décontenancée, blessée. La seule chose que j’espère, c’est que ces personnes ne se rendent pas compte du tort qu’elles peuvent causer.

Lors de certaines conversations avec d’autres mamans, je me suis aperçue que toute la pression que l’on nous met cause au mieux un mal-être, au pire une dépression post-partum… Il serait bon que tout le monde s’en rende compte.

J’aurais voulu aussi que l’on me prévienne que certaines personnes sont sans gêne et peuvent rester des heures alors que l’on vient de rentrer à la maison avec bébé.

De manière générale, je n’ai pas été préparée au manque d’empathie des gens envers une jeune maman et ça m’a littéralement fouetté le visage les premières semaines.

Alors, à toutes les futures mamans, préparez-vous, organisez-vous. Ne vous laissez pas démoraliser par certaines paroles ou certains actes. Réagissez au bon moment.

Les réveils nocturnes: le quotidien d’une jeune mère

Avec ma première, j’ai eu plutôt de la chance sur les nuits : elle les a faites au bout de 2 mois et demi ! Pourtant, tout mon entourage me disait déjà que c’était très tard….

Lorsque l’on me disait cela, étrangement, je me sentais encore plus fatiguée. C’est un peu comme si mon corps prenait un petit coup à l’écoute des mots « elle ne fait encore pas ses nuits ?! »

Toutes les personnes qui me questionnaient me disaient que leurs enfants avaient fait leurs nuits à 4 ou 6 semaines… Et comment dire que, psychologiquement, les dernières semaines m’ont paru longues la nuit…

Avant d’être maman, j’avais l’impression que les nuits étaient une formalité. C’est bien simple, personne n’en parle comme si le sujet était inexistant…

Pourtant, tu le sais comme moi, quand on le vit toutes les nuits, le sujet est bien là !! Et ce serait sympa de nous préparer un peu à ça au lieu de faire comme si ce n’était vraiment pas l’un des problèmes des premiers mois 😉

Pour mon second, c’est là que j’ai su que j’avais eu de la chance avec Poupette : il a fait ses nuits à un peu plus de 6 mois… Avec 13 mois d’écart, deux à trois réveils par nuit, la reprise du travail 3 mois après la naissance : c’est ce que j’ai appelé mon trio magique !!

Là j’ai vraiment su ce qu’épuisement voulait dire et là, j’ai appris que jusqu’à 6 mois, il était tout à fait normal qu’un bébé ne fasse pas ses nuits. Et on a attendu tout ce temps pour me le dire ??!

J’ai vite mis un terme aux questions de mon entourage. Mon corps se rappelait trop ce que ça lui faisait !! 😉 Et… j’ai vécu au rythme de mes enfants : 3 réveils nocturnes pour mon petit homme et une sieste l’après-midi, dès que je le pouvais !!

Si seulement on m’avait prévenue qu’il ne fallait pas s’inquiéter avant les 6 mois de notre enfant, j’aurais tout simplement fait la même chose lorsque Poupette est née. J’aurais économisé de l’énergie et…. Somme toute nécessaire les premiers mois !!

Alors à toi qui cherches une solution pour que ton enfant fasse ses nuits parce qu’on t’a dit que c’était bizarre, voici mon vrai conseil : n’écoute pas sinon tu seras démoralisée….

La reprise du travail: un bouleversement pour la nouvelle maman

Me préparer à la séparation que j’allais subir aurait été sympa aussi…

Après avoir littéralement vécu 12 mois avec chacun de mes petits loups (9 mois dedans, 3 mois dehors 😉 ), mon cœur s’est déchiré le jour où je les ai confié pour reprendre le travail…

Beaucoup de personnes m’avait dit que ça allait me faire du bien de voir autre chose mais au fond de moi, je savais que ce serait un déchirement difficile à surmonter.

Au lieu de me faire du bien, la reprise du travail a été pour moi un vrai tsunami émotionnel… J’avais la gorge serrée le matin en déposant les petits loups et les larmes aux yeux lorsque je les récupérais le soir.

Je croulais sous un travail pour lequel je n’avais plus vraiment d’intérêt et mes cernes évoquaient une fatigue extrême…

Pour autant, personne ne prépare les jeunes mamans à la reprise du boulot, à la séparation ou à un éventuel changement de perspective après avoir connu la maternité. Tout le monde fait comme si tout cela était bien normal … Et moi, j’aurais simplement aimé qu’on m’en parle pour que je puisse y réfléchir et préparer au mieux ces moments compliqués.

Régulièrement, on me dit « on ne nous dit pas la réalité de la maternité », « on nous lâche dans la nature », « on ne nous prépare pas »…. Pour toutes ces raisons, parlons-nous franchement, réellement et exposons ce à quoi nous aurions aimé être préparées. Cela pourrait aider de futures mamans…

Et toi t’aurais aimé savoir quoi avant ? N’hésite pas à m’en faire part !

Laisser un commentaire